Petit à petit l’oiseau fait son nid …

Arrivées à Djarama   l’équipe pédagogique nous attend et une nouvelle personne, Saliha, éducatrice spécialisée se greffe au groupe. Elle est intervenue à plusieurs reprises dans son parcours professionnel auprès des enfants défavorisés, maltraités ou enfants des rues, au Congo, en Roumanie puis au Sénégal.

Nous commençons par un tour de table pour que chacun puisse s’exprimer sur les notions vues depuis deux jours. En particulier, nous réabordons les questions sur l’harmonisation dans les classes et l’ambiance, le rôle de l’éducateur et l’importance des échanges interclasses. Nous nous appuyons bien sûr sur notre expérience mais aussi sur le livre de Philippe Meirieu « Maria Montessori : peut-on apprendre à être autonome ? ».

Les échanges sont plus spontanés, plus libres et riches. Avec Alain et Amy de l’école internationale de Popenguine, d’autres points de vue sont abordés et plus largement sur le développement de l’enfant. Nous découvrons avec beaucoup d’intérêt leur approche de l’autonomie grâce à la participation des élèves et des professeurs à certaines tâches quotidiennes de leur l’école. Affidi nous rejoint en cours de séance et participe au débat.

Nous déjeunons tous ensemble pour répondre à l’invitation d’Alexandro et l’équipe de Djarama. Au menu, délicieux thiéboudienne. Le repas est toujours aussi chaleureux et convivial autour du plat, le « bol ».

Il fait une chaleur accablante et rentrons faire une petite sieste puis Brain storming sur notre session du matin et préparation de notre intervention de demain.

Ce soir, spaghettis au calamars préparés avec amour par Ndeye et arrivée d’Amadou.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *