Dembeu

Nous nous levons vers 8h.

9h, écriture de l’article de la veille jusqu’à 10h30
11h30, Armelle et dune rejoignent Nganti, Haifidi et Kama à la supérette pour une petite virée à la lagune de Somone.
Ici, très rares sont les panneaux de circulation et pour se rendre à un endroit il faut alors maitriser par coeur le chemin.
Ils se sont perdus en route car les indications sont compliquées à comprendre quand on ne maitrise pas le Wolof. A certains moments dans la brousses les instructions sont du genre : “prenez le sentier et après le baobab tournez à gauche”. Souvent les réponses à nos questions sont : “suivez les traces” ou « allez tout droit”. Sur le chemin ils s’arrêtent chez Mariama qui tient une maison d’hôtes magnifique.
Le gardien est spécialiste dans la construction des dômes écologiques et leur a indiqué le chemin à prendre pour retrouver le sentier écologique de la somone : “tournez à droite avant la hutte ocre, continuez vers un petit pont puis suivez les traces… » Evidemment ils se sont perdus à nouveau. Heureusement dans cette vaste étendue de terre déserte, ils ont croisé un gendarme à moto qui les a mené jusqu’au sentier.
Une fois arrivé sur place, il faut payer l’entrée. Ils ont ensuite fait le parcours balisé du sentier dans la mangrove. Il y a des indications sur la faune et la flore tout le long du chemin. Au milieu du parcours, ils se sont arrêtés devant des arbres sur lesquels des coquillages pendaient aux branches.

La coutume veut que l’on y accroche un coquillage en faisant un voeux. Une fois le parcours terminé, ils sont repartis en voiture au parc à huitres. Dune, Nganti, Kama et Hafidi s’y sont installés pour déguster des huitres et des moules fraiches.
Armelle, quant à elle, est partie en quête de plateaux et pirogues en bois. Pour cela il fallait contourner la lagune. Elle a été guidée par un habitant pendant 1km jusqu’à la plage. Là- bas, il fallait prendre une barque pour traverser les cours d’eau et rejoindre les restaurants et boutiques. Elle a fait la connaissance d’Ibrahim qui l’a conduite jusqu’à la rive d’en face.
Après avoir fait la rencontre d’une vendeuse et acheté les plateaux, il manquait les pirogues ! Impossible d’en trouver sur ce côté du rivage. Il faut se rendre dans le village dans la boutique artisanale. Ibrahim reconduit Armelle en bateau sur l’autre rive et l’amène jusqu’au village. Une marche de 10 minutes qui s’avéra en fait un pèlerinage de 30 minutes. Plus de forfait sur son téléphone, elle doit emprunter le téléphone de quelqu’un pour contacter le reste de l’équipe. Ouf, elle va pouvoir les rejoindre. Elle arrive enfin à la boutique.
16h30, près négociation elle repart avec 8 pirogues en bois. Le reste de l’équipe passe la prendre en voiture sur la route. Retour à Toubab Dialaw après une heure de trajet.
Pendant ce temps, Danièle et Marina discutent tranquillement autour d’un café à la maison. Elles passent un peu de temps avec Ndeye et écrivent ses recettes de cuisine.
13h30, déjeuner rapide. C’est une matinée très calme mais cela fait du bien. Marina et Danièle ont été très sollicitées ces derniers jours. Il fallait être sur tous les fronts, rapides, organisées. Aujourd’hui il fait chaud, 28° ! (Ne jalousez pas).
Les vagues sont déchainées, accompagnées de leurs bruits fracassants sur la plage et invitent à la méditation. Elles passent de long moments à les regarder en laissant échapper leurs pensées, loin, vers l’horizon immense.
Elles rencontrent Babakar et sa maman, la belle soeur de Mambodge. Elles vont ensuite faire une sieste. Comme à l’accoutumée, Daniele part sur la plage et comme d’habitude ramène des petits souvenirs et le margouilla qu’elle marchandait et qu’elle convoitait depuis une semaine. Danièle est très célèbre sur ce petit bout de plage ! Tous les vendeurs la connaissent, la saluent et ils discutent de longs moments. Elle a même eu une demande en mariage !
16h50, Dune et Armelle repartent pour l’école des sables pour un cours de danse de Burkina/Hip-hop.
19h30, Dune et Armelle rentrent enfin à la maison après une journée bien remplie.
20h30, nous dégustons un réconfortant et délicieux mafé préparé par Ndeye.
Cette dernière soirée est placée sous le signe de l’émotion. Nous pensons déjà aux aurevoir mais nous profitons comme il se doit de nos derniers instants.

One Reply to “Dembeu”

  1. Coucou ma petite Dune merci 🙏 et bravo pour cette belle aventure que tu nous a fait vivre je pense que cette belle expérience se termine pour toi et que le retour vers Paris approche tu remportes dans ta tête plein de beaux souvenirs et de nouvelles amitiés bisous à toi et à bientôt 👋

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *