C’est le week end …

La journée a du être bien remplie elles ont du aller à Thies au marché,  chercher des boites pour ranger le matériel.

Je les imagine aisément :

Réveillées par les vagues, elles se retrouvent encore toutes émerveillées par la magie de la mer qui s’étend devant leur yeux embrumés. Les pirogues sont déjà sorties, dans leur sillage elles lèvent les pélicans qui d’un vol majestueux traversent l’horizon.  Dune et Marina vont chercher le pain à la boutique pendant que Monbodje met la table. Danielle et Armelle se réveillent doucement devant leur bol de café et les discussions s’animent. Alors Thies aujourd’hui, on fait une liste de ce qu’il faut que l’on trouve… N’deille tu sais où l’on peut acheter du tissu, et des boites, et des clous, ah il nous faudrait aussi de la colle … Cécile a dit qu’il fallait aller à la manufacture, c’est ouvert ?

Elles ferment la maison puis traversent le village à pied en devisant, s’arrêtant ici pour voir comment on fabrique des parpins, puis ici pour discuter avec les petites filles qui le matin vont chercher de l’eau au puits dans des grandes et lourdes bassines qu’elles ramènent pour toute la famille sur le tête.  Elles s’arrêtent en arrivant à la route goudronnée près du marché pour trouver un taxi qui les conduira jusqu’à Thies. Malgré l’envie de Marina, curieuse, Nd’eille les dissuadera peut-être de prendre un “Ndigandialle”, le bus local dans lequel on charge indifféremment enfants, bagages, ballots de paille, sacs de riz, moutons, poulets, travailleurs et grand-mères….

Une photo de Nd’eille reçue hier soir par whatsapp

A Thies elles vont d’abord au marché s’égarer dans les minuscules ruelles couvertes de l’immense halle. Danielle ne lâche pas la main de ses hirondelles, mais les yeux sont écarquillés. Le tailleur brode des motifs d’orfèvrerie au milieu des paniers, des sacs de bissa séché, des fruits et des légumes, des montagnes de perles, des chaussures étincelantes, des téléphones portables et des poulets. Il faut se faufiler de profil pour avancer entre 2 étals. Les couleurs chatoyantes réveillent les yeux, les oreilles et les narines, mais il faut faire attention où l’on marche.

Apres cette balade animée dans le marché elles repartent les bras plein sacs   pour aller se restaurer à la marmite, une petite gargote locale.  Thies est calme, avec de grandes allées ombragées, les charrettes sillonnent la ville, au milieu des voitures et des camions, de belles demeures coloniales imposent encore leurs couleurs et leur charme aux yeux sensibles et émerveillés de nos voyageuses.

Auront-elles la force d’aller visiter la Manufacture des arts décoratifs crée par Senghor en 1966. Je vous renvoie pour cela à l’article écrit par Dune l’été dernier sur le sujet :

http://duneetphilae.blogspot.fr/2017/08/16-aout-2017_20.html

C’est un peu fourbues qu’elles rentreront le soir, pour diner sur la terrasse en prévoyant le repas du lendemain puisque Sidi Ka, un ami d’enfance de Sam, vient leur rendre visite. Elles iront la nuit tombée partager le thé d’Amadou dans la rue avec les amis du village et raconter avec émotion leurs aventures de la journée !

TOUBAB DIALAW ET SON MARCHE

Quelques images des années précédentes

     

THIES SON MARCHE SA MANUFACTURE

 

 

 

 

2 Replies to “C’est le week end …”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *