La caravane se balance

LA CARAVANE SE BALANCE

(Act more/épisode 1)

Les âmes doucement s’ébrouent, les corps sortent de la torpeur d’une zone de confort coincée entre routine et quotidien, les esprits aiguisés par l’impatience du voyage vers l’autre, dans cet ailleurs, recouvrent vivacité. 
Et le cœur me dites-vous ? Il est là, qui bat en chacune d’elles à l’idée même de la rencontre à venir.
Aujourd’hui, j’ai envie de vous raconter l’histoire d’une « caravane » de filles.
Elles sont quatre, Dune 11 ans, écolière, Armelle 22 ans, étudiante, Marina 58 ans, et Danièle retraitée, toutes les deux éducatrice Montessori.
Chacune d’entre elles a sans doute un chapelet de bonnes et mauvaises raisons de rester dans sa vie : son émission de télé préférée, la soirée entre copains, la chaleur de son « chez-soi », les complicités avec sa sœur, le repas joyeux de famille, le concert inédit, les cours, le contrôle, l’amoureux, les amis, les réseaux sociaux et la sacro sainte connexion internet, la série à visionner, les proches vacances …

La tranquillité rassurante des habitudes qui régissent nos vies est une tentation d’indolence badinant parfois avec l’indifférence.

Toutes les quatre partent unies et motivées par une seule idée: aller à la rencontre de la société civile fédérée autour d’une école dans un village au Sénégal. Là, l’éducation est pensée différemment afin de concilier apprentissage des fondamentaux, épanouissement, et ouverture de l’enfant.

Sur une idée de Dune, la plus jeune d’entre elles, familière de cette école, elles se sont rassemblées avec enthousiasme et humilité, partageant idées, actions, organisation, finances personnelles pour leur voyage, fonds levés pour le matériel, compétences, savoir, élan, écoute, vécu, désirs.

Cette caravane s’en va vers une expérience fondée sur l’échange avec l’autre, le reconnaissant dans son altérité.
Elles ne sont animées d’aucun prosélytisme éducatif qui voudrait imposer un type d’éducation, mais une ouverture aux possibles, aux surprises, aux enseignements de celles et ceux qu’elles vont rencontrer.

Elles vont chercher l’intranquillité, au cœur de laquelle seront interrogées leurs certitudes, leurs habitudes, leurs connaissances.

Dune, Armelle, Marina, Danièle… vont autant recevoir que donner, apprendre que transmettre dans cet ailleurs.

Mais point besoin de lointains rivages pour la conscience de l’autre.
C’est une posture à portée de sens…le regard fuyant que l’on pose enfin, l’oreille sourde que l’on tend, le contact retenu que l’on cherche soudain, les odeurs que l’on sent, l’amer ou le tendre que l’on apprend à goûter.
L’âme, l’esprit, le cœur suivent dans le sillage de l’éveil à notre monde.

“Ah, elles vont faire de l’humanitaire?” me dites-vous, l’air un peu blasé.

Non, on ne “fait” pas de l’humanitaire, on révèle, puis on cultive sa part d’humain.

Un Article écrit par Rachel DEGHATI

5 Replies to “La caravane se balance”

  1. Très, très beau texte Rachel, merci. qui devrait aller au delà de ce petit blog pour inspirer les petits et grands uns et autres…
    amitiés;

    1. L’école de Djarama est géniale. Vous auriez adoré passer du temps avec les enfants dans les classes et dans le jardin. Tout ici est tellement différent mais c’est l’essentiel qui compte. On ne s’embarrasse pas de l’inutile. Ce sont les sourires des enfants comme des adultes, le bonheur qu’ils ont à partager des moments simples et leur spontanéité chaleureuse qui rythment nos journées.
      Si les coupures de courant nous le remette, vous aurez des nouvelles sur le blog demain matin.
      Bisous fort. Marina.

    1. L’école de Djarama est géniale. Vous auriez adoré passer du temps avec les enfants dans les classes et dans le jardin. Tout ici est tellement différent mais c’est l’essentiel qui compte. On ne s’embarrasse pas de l’inutile. Ce sont les sourires des enfants comme des adultes, le bonheur qu’ils ont à partager des moments simples et leur spontanéité chaleureuse qui rythment nos journées.
      Si les coupures de courant nous le remette, vous aurez des nouvelles sur le blog demain matin.
      Bisous fort. Marina.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *