EDUCATION ET DEVELOPPEMENT DURABLE 🌿

EDUCATION ET DEVELOPPEMENT DURABLE 🌿
L’équipe de la caravane est actuellement au SĂ©nĂ©gal avec l’objectif de faire un point sur les avancĂ©es rĂ©centes et les besoins futurs. A notre arrivĂ©e, nous rencontrons Sabine la directrice hors pair de l’école du Dialaw. C’est sa premiĂšre annĂ©e Ă  Djarama. Elle a pu prendre le pouls de cette Ă©cole atypique oĂč des enfants d’origines diverses sont heureux d’apprendre dans une structure tournĂ©e vers l’autre et vers l’environnement.

Les avancĂ©es de l’école et les besoins 

Si l’annĂ©e s’est bien passĂ©e, elle souligne encore un profond besoin de formation des Ă©ducateurs qui ont du mal Ă  se dĂ©faire des pratiques autoritaires d’un enseignement magistral.
Sabine reste discrĂšte mais la qualitĂ© de son travail, son Ă©coute, l’énergie qu’elle dĂ©gage sont immĂ©diatement perceptibles.  C’est une chance exceptionnelle pour l’école de l’avoir et un grand moment de la rencontrer.

Point rapide sur l’Ă©cole et le centre Djarama.

–       Sabine insiste sur l’importance de sensibiliser les Ă©ducateurs Ă  la prise d’initiatives et Ă  un enseignement de partage avec les enfants qui nĂ©cessite souplesse, Ă©coute et ouverture d’esprit.
–       L’école est actuellement en cours de recrutement de 3 nouveaux Ă©ducateurs pour les classes de PrĂ©scolaire, CI-CP (cours intermĂ©diaire et CP rĂ©unis) et CE2.
–       Cette annĂ©e un nouveau bĂątiment vient d’ĂȘtre construit avec, comme tous les ans, l’aide des Ă©lĂšves de l’école d’ingĂ©nieurs de Grenoble, sous couvert de leur association Solida’Rire. La construction de ce bĂątiment a Ă©tĂ© pensĂ©e dans le respect de l’architecture locale avec le principe aĂ©rĂ© de la case traditionnelle. La construction associe des matĂ©riaux recyclĂ©s (tels que les pneus pour les fondations) et des matĂ©riaux locaux sable, bois, pisĂ©, paille 
.
–       De nombreux Ă©changes avec les Ă©coles de Dakar et des environs sont rendus possibles par les activitĂ©s du pĂŽle Artistique et ThĂ©Ăątral de Djarama.

Les cours de rattrapage pendant les vacances 

De sa propre initiative, Sabine organise des cours de rattrapage pour les enfants du village. Ces presque gratuits (Moins de 1 euro pour 3 semaines) sont ouverts Ă  tous: aux enfants du village, aux enfants de l’école du Dialaw , il y a mĂȘme des enfants venus de Dakar.
De 3 ans Ă  15 ans. Les grands accompagnent les petits et se rĂ©partissent par groupe de niveaux pour des enseignements classiques de Français, d’écriture de lecture 

Ils sont 20 ene, d’ñge et de niveau trùs disparates, mais elle gùre !

DĂ©couverte de l’environnement 

Les enfants découvrent aussi leur environnement et apprennent à le respecter, à le protéger :
Un groupe a, pendant ces 3 semaines, interviewĂ© les diffĂ©rentes personnes clĂ©s du village. De l’épicier au cĂ©lĂšbre Ă©crivain de renommĂ©e internationale en passant par le pharmacien, le menuisier, le chef du village 
. Il ne restait que les Ă©boueurs qu’ils n’avaient pas rĂ©ussi Ă  intercepter. Dune c’est chargĂ©e de l’enquĂȘte ce matin lorsque la voiture poubelle est passĂ©e.
Ils ont réalisé une carte du village avec leurs interviews.

LE PROJET DES ENFANTS : Nettoyer le Village en sensibiliser à la durée de vie de dechets
  • AccompagnĂ©s par Sabine les enfants ont nettoyĂ© un terrain vague en ramassant plastiques durs, boites de conserves, sachets 
.

Ils ont triĂ©, et prĂ©parĂ© des tas pour la collecte. Cette action, qu’ils avaient dĂ©jĂ  rĂ©alisĂ©e sur la plage et dans le village, leur permet de prendre conscience de la difficultĂ© du nettoyage et de l’importance de ne pas jeter.

  • Le projet des pancartes de sensibilisation :

Les enfants ont imaginĂ© la fabrication de pancartes pour sensibiliser la population Ă  l’impact des dĂ©chets.
Ces pancartes reprendraient la durĂ©e de vie de chacun des dĂ©chets de l’environnement.
La caravane a dĂ©cidĂ© de les aider dans cette action et nous avons achetĂ© le bois et la peinture pour les pancartes. Amadou et Mame mbodj ont peint les supports de façon Ă  ce que les enfants, Amet (le surveillant de l’école) et Sabine puissent se concentrer sur les textes.

Le portrait : Sabine
Institutrice, Coordinatrice du programme français d’une Ă©cole bilingue Ă  New York, Sabine est pleine d’énergie. Elle rencontre Ă  New York les petites-filles de la cĂ©lĂšbre danseuse SĂ©nĂ©galaise Germaine Acogny qui dirige l’école des Sables Ă  Toubab Dialaw. Sa fille lui parle de l’école de Djarama. Sabine ne rĂ©flĂ©chit pas. Elle sent que sa prochaine Ă©tape est sur le terrain en Afrique. Elle quitte la faune New Yorkaise pour l’animation d’un village de pĂ©cheurs et la brousse.
Un changement radical !

Avec une Ă©nergie enviable, une motivation nouvelle et une super Ă©quipe pour l’épauler, elle prend en main l’école, structure la formation des Ă©ducateurs, apporte des idĂ©es nouvelles 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *